Association de malfaiteurs

Les ripouxDepuis « Les ripoux », Claude Zidi avait pris un virage très séduisant vers un nouveau comique plus en demi-teinte. Tout en restant fidèle à la carte du comique, le réalisateur de « classiques » comme « Les bidasses en folie » ou « L’aile ou la cuisse » s’est attaqué à des scénarios plus subtils, où la tendresse l’emporte sur le gag. « Association de malfaiteurs » raconte comment trois anciens élèves d’HEC, jeunes loups aux mâchoires de vainqueurs et grands spécialistes des gags, se retrouvent en cavale et traqués par la police parce qu’une de leurs mauvaises blagues a mal tourné et qu’un plus requin qu’eux les a pris au piège. Ecrit par les collaborateurs habituels de Zidi (Didier Kaminka, Michel Favre et Simon Michael), « Association de malfaiteurs » multiplie les rebondissements et les situations comiques, tout en restant au ras du quotidien. Dans ce soin du détail et de l’environnement familier mais légèrement décalé réside la réussite d’« Association de malfaiteurs ». Soutenu par trois jeunes comédiens particulièrement remarquables (Malavoy et Cluzet, mais -aussi Claire Ne-bout qui révèle toute sa splendeur dans ce film), Zidi prouve qu’il a bien mérité le César que lui a offert la profession pour « Les ripoux ». Son virage opéré avec « Deux » devait le confirmer deux ans plus tard.