Un flic aux trousses

Un flic aux troussesQuand on est petit, on joue au gendarme et au voleur. Après on regarde les autres y jouer, par exemple dans «Un flic aux trousses». Sauf que le gendarme c’est Kirk Douglas, un très grand acteur, même dans le pire des navets, et le voleur c’est John ‘Schneider, un jeune acteur qui promet s’il s’arrête un peu de courir. Bien évidemment, le voleur est en fait un criminel victime d’une erreur judiciaire et, dans le fond, tous les protagonistes sont des gens très bien, avec du sens moral et des valeurs. Prétexte, mais bon prétexte puisque « Un flic aux trousses » est un film de poursuite époustouflant. Il vaut un cent mètres haies. La chasse à l’homme, on l’a vue au cinéma sous toutes ses formes. La raison •m’en échappe et je ne vais pas courir après, mais il est vrai que c’est palpitant. L’intérêt de ce «Flic aux trousses» réside certainement plus dans la bonne interprétation des acteurs que dans les ficelles – que dis-je les câbles – du scénario. La course poursuite ayant lieu dans les rues de Laredo au Texas, on appréciera au passage la géographie des lieux. Mais au passage seulement, car tout va très vite. Heureusement sinon on s’ennuierait, comme on s’ennuie dans les scènes d’amour d’usage et dans le grand moment de vérité.

La martingaleLa martingale

Suspense et atmosphère de policier pour un film qui se déroule dans un milieu bien particulier le milieu des joueurs et des casinos. Avec la complicité d’une jeune femme (Catherine Spaak), Alex Joski (Omar Sharif) fait fortune sur les tapis verts des casinos. Il a mis au point une martingale infaillible pour gagner à la roulette. Alex Joski est évidemment soupçonné de tricher et il est suivi par la police qui tente de prouver qu’il n’est en réalité qu’un tricheur. Il ‘va sans dire qu’Omar Sharif était l’interprète rêvé pour ce rôle. Du sur mesure pour le plus célèbre des acteurs-joueurs. L’atmosphère des casinos est très bien recréée, avec ce qu’il faut de fumée, de bruits de verre de cristal qui s’entrechoquent. Un lieu finalement rêvé pour le suspense. Un policier original. Malgré les années, le presbytère Omar Sharif n’a absolument rien perdu de son charme, ni le jardin Catherine Spaak de son éclat.